"Le truc, c'est de survivre aux fils de pute" F. Exley - A l'épreuve de la faim.
"Si cette personne, ne cessais-je de me répéter, était l'un des représentants élus de Dieu sur terre, alors il y avait vraiment quelque chose qui clochait dans tout le système" Roald Dahl - Moi Boy.
"bah, nom d'une pipe, j'aurai été immortel jusqu'à ma mort !"
pépé John - Jim Dodge - L'oiseau Canadèche.



25 sept. 2011

Livre : Le Dernier Stade de la Soif


http://www.monsieurtoussaintlouverture.net/Livres/Frederick_Exley/Frederick_Exley_A_fans_notes.html


J'ai pris mon temps, mais je suis arrivé au bout du livre réel/fiction de Frederick Exley. Une incroyable vie tristement drôle sur l'alcool, l'écriture, la folie, le sexe, de sport, bref une Amérique très peu puritaine. Pour faire simple c'est un chef d'oeuvre, j'ai même réussi à le lire malgré une grosse fatigue d'après saison (et pourtant les lignes dansent assez facilement dans cet état), l'écriture est fabuleuse, les personnages extravagants et fascinant. La déchéance d'un homme n'a jamais été aussi captivante.
En plus le livre est beau, et fera son effet dans votre bibliothèque, garantie !

Allez je vous laisse avec la présentation du livre tirée du site de l'éditeur :

L E   L I V R E
Avec mordant et poigne, Exley décrit les profonds échecs de sa vie professionnelle, sociale et sexuelle. Ses tentatives pour trouver sa place dans un monde inflexible le mènent aux quatre coins du pays, mais surtout à l’hôpital psychiatrique d’Avalon Valley.
Au gré des bars, des boulots et des rencontres improbables, l’obsession d’exley pour la gloire, les New York Giants et leur joueur star, Frank Gifford, grandit.
Dans ses mémoires fictifs, en plongeant la tête la première dans ce «long malaise» qu’est sa vie, frederick exley transforme la dérive alcoolisée d’un marginal en une épopée renversante.
Chargé en grande partie de ce qu’il appelle «les fardeaux du chagrin» et de catastrophes ordinaires, ce premier roman est un époustouflant voyage littéraire. C’est drôle. C’est touchant. C’est à la fois Nabokov et Bukowski et Richard Yates et Thomas Bernhard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire