"Le truc, c'est de survivre aux fils de pute" F. Exley - A l'épreuve de la faim.
"Si cette personne, ne cessais-je de me répéter, était l'un des représentants élus de Dieu sur terre, alors il y avait vraiment quelque chose qui clochait dans tout le système" Roald Dahl - Moi Boy.
"bah, nom d'une pipe, j'aurai été immortel jusqu'à ma mort !"
pépé John - Jim Dodge - L'oiseau Canadèche.



22 nov. 2011

Deux BDs pour la fin d'année

Malgré le énième Thorgal, XIII, IRS, truc avec des zombis, des avions, de la magie etc... il y a eu cette année des petites pépites. 


La première Portugal de Pedrosa chez Aire libre. Un pavé qui réchauffe le coeur, l'histoire la voici :
"Plus vraiment d'inspiration, plus d’envies et pas de projets, l'auteur de BD Simon Muchat végète doucement dans son boulot d’animateur scolaire, et exaspère Claire, sa compagne, qui le voudrait plus investi.
Invité à passer quelques jours au Portugal, dont sa famille est originaire et où il n'était plus allé depuis l’enfance, il va y découvrir une autre façon d'exister et d'être — et peut-être le début d'une nouvelle inspiration ?" (source site aire libre)
Cette BD est une splendeur, on prends le temps d'y revenir pour ce gorger de ce dessin toujours en mouvement, Pedrosa a en plus la bonne idée de changer de style, pour marquer une ambiance, des moments touchant, pour faire simple c'est une merveille.

La deuxième les Ignorants de Davodeau chez Futuropolis. Une envie de découverte croisée du métier de vigneron et d'auteur de Bandes dessinées. 
Par un beau temps d'hiver, deux individus, bonnets sur la tête, sécateur en main, taillent une vigne. L'un a le geste et la parole assurés. L'autre, plus emprunté, regarde le premier, cherche à comprendre « ce qui relie ce type à sa vigne », et s'étonne de « la singulière fusion entre un individu et un morceau de rocher battu par les vents ».
Le premier est vigneron, le second auteur de bandes dessinées.
Pendant un an, Étienne Davodeau a goûté aux joies de la taille, du décavaillonnage, de la tonnellerie ou encore s'est interrogé sur la biodynamie.
Richard Leroy, de son côté, a lu des bandes dessinées choisies par Étienne, a rencontré des auteurs, s'est rendu dans des festivals, est allé chez un imprimeur, s'est penché sur la planche à dessin d'Étienne...
Étienne et Richard échangent leurs savoirs et savoir-faire, mettent en évidence les points que ces pratiques (artistiques et vigneronnes) peuvent avoir en commun ; et ils sont plus nombreux qu'on ne pourrait l'envisager de prime abord..
(source Futuropolis)
Davodeau nous a offert les fabuleux : Les mauvaises gens, rural, l'émouvant un homme est mort et plein d'autres. Le sujet est peut être moins poignant mais à le mérite de montrer le versant des deux métiers fabuleux, de deux créateurs qui partagent une certaine idée de société. Pour tout vous dire, dessinant de façon amateur et appréciant le bon vin, j'ai été embarqué. Cette BD ne satisfera pas les connaisseurs certes, mais c'est tellement bon de partager ces moments.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire