"Le truc, c'est de survivre aux fils de pute" F. Exley - A l'épreuve de la faim.
"Si cette personne, ne cessais-je de me répéter, était l'un des représentants élus de Dieu sur terre, alors il y avait vraiment quelque chose qui clochait dans tout le système" Roald Dahl - Moi Boy.
"bah, nom d'une pipe, j'aurai été immortel jusqu'à ma mort !"
pépé John - Jim Dodge - L'oiseau Canadèche.



22 mars 2013

Kongo au coeur des ténèbres !

Kongo - Futuropolis

Kongo chez Futuropolis de Christian Perrissin et Tom Tirabosco au dessin.
L'avant "au coeur des ténèbres" de Joseph Conrad, voila ce que propose cette fabuleuse BD d'un noir et blanc pénétrant, qui reflète très bien l'ambiance de cette descente en enfer. 
Voici le résumé tiré du site Futuropolis.fr :
Mai 1890. Le capitaine au long cours de la marine britannique, Josef Konrad Korzeniowski quitte Bruxelles, puis Bordeaux pour le Congo, en dépit d’un sentiment d’appréhension inhabituel chez lui… Il part pour trois ans, mais qu’est-ce pour lui, après six années passées en Orient, ou son séjour en Australie. Il a été embauché par une compagnie belge, pour prendre le commandement d’un steamer, afin de remonter le fleuve jusqu’au Haut-Congo, une région de ténèbres... Car là est officiellement leur mission à tous ces messagers de lumière. Au nom du roi Léopold, « tout ce qui se réalise au Congo à pour but premier le développement du territoire et l’émancipation des populations » qu’il faut sauver de leurs mœurs effroyables. La réalité est bien sûr tout autre, il s’agit avant tout de pourvoir aux intérêts commerciaux de la compagnie via le trafic d’ivoire, et de prendre de vitesse les autres pays européens et arabes dans leur course à la colonisation, afin d’être les premiers à arracher les richesses des entrailles de ce pays…
Une chose est sûre, ce n'est pas une comédie, l'ambiance de folie qui règne au Congo durant cette époque est bien rendu, les auteurs nous plongent au coeur de cette noirceur, je vous invite à la feuilletée pour admirer ce dessin splendide, une très belle oeuvre qui donne envie de lire celle de monsieur Conrad.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire