"Le truc, c'est de survivre aux fils de pute" F. Exley - A l'épreuve de la faim.
"Si cette personne, ne cessais-je de me répéter, était l'un des représentants élus de Dieu sur terre, alors il y avait vraiment quelque chose qui clochait dans tout le système" Roald Dahl - Moi Boy.
"bah, nom d'une pipe, j'aurai été immortel jusqu'à ma mort !"
pépé John - Jim Dodge - L'oiseau Canadèche.



28 août 2013

Premières BDs de la rentrée : Tyler Cross et La colonne

La rentrée approche et vous avez envie d'évasion. Les vacances se terminent pour certains et pour d'autres ne font que commencer, alors quoi de mieux que lire de bonnes BDs ?
En voici deux, histoire de patienter jusqu'au raz de marée traditionnel de nouveautés d'octobre.
Cliquez dessus
Tyler Corss de Fabien Nury (scénario) Brüno (dessin) et Laurence Croix (Couleurs) - 16,95€
Tyler Cross vient de braquer 17 kilos d'héroïne pure appartenant à la Mafia. Il a 20 dollars en poche, un fusil à pompe, un Colt à la ceinture, et il est à pied, seul, au fin fond du Texas. Direction Black Rock, un bled paumé sous la coupe d'un magnat du pétrole et de ses fils. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les péquenauds de Black Rock se souviendront longtemps du passage du gangster dans leur ville ! (source Dargaud.com)
Une belle brochette de Bad guys, un (anti)héros plus dur que dur, des femmes qui ont la vie dure, des flingues de la dynamite, du sang, c'est un sacré cocktail que nous avons sous les yeux. Et même s'il souffre de la comparaison avec la fabuleuse série Parker, grâce au graphisme de Brüno, on prends un sacré plaisir à suivre les déboires de Tyler Cross. Ne faites pas les timides achetez là ! 

Cliquez dessus
La Colonne T.1 un esprit blanc de Dabitch (scénario) et Dumontheuil (dessin) chez Futuropolis - 17€
Basée sur des faits authentiques, La Colonne raconte l’ultime expédition française au Tchad en 1899, qui se distinguera par des massacres perpétrés tout au long de son parcours. Un épisode tragique et oublié de l’histoire des colonies françaises, raconté par Christophe Dabitch, dans le respect minutieux des faits, et Nicolas Dumontheuil, dont les images en couleurs directes ont une force d’évocation stupéfiante. (4ème de couverture tiré du site Futuropolis.fr)
Les auteurs ont réussi la prouesse de raconter la colonisation française sur les terres africaines ponctué de faits tragique tout en évitant d'écœurer le lecteur. Graphiquement flatteur, on plonge facilement dans le récit peu connu du capitaine Boulet et du lieutenant Lemoine, une belle réussite, en espérant qu'on attendra pas le tome 2 trop longtemps.


25 août 2013

Rentrée littéraire : American Prophet de Paul Beatty

Youhou ! C'est les vacances, enfin ! Alors oui la saison fut bonne, les gens (plus ou moins aimable, mais on se souviendra des plus sympas) nombreux, le CA sans doute bon. Je vais enfin décompresser avec ma chère et tendre, mais j'ai aussi profiter des pauses de cet été pour lire des nouveautés. Et tout d'abord une des perles de la littérature américaine :


American Prophet de Paul Beatty chez Passage du Nord-Ouest (traduit par Nathalie Bru). 1Au début j'étais moyennement emballé par le résumé, je vous laisse juge :
Rien ne destinait Gunnar Kaufman à devenir le nouveau prophète noir américain. Garçon brillant et drôle de la middle class , Gunnar connait une enfance heureuse épargnée par le racisme. Mais le jour où ses parents divorcent, la famille part habiter l’east side de Los Angeles et commence alors pour les enfants Kaufman l’initiation à la vie du ghetto faite de coups, d’humiliations et de recherches identitaires. Gunnar apprend à être Noir, ses rêves d’harmonie ethnique s’écroulent. BAC en poche, il rejoint Boston où ses œuvres littéraires avant-gardistes lui ouvrent les portes d’une Amérique bienpensante... Jusqu’au jour où, à l’occasion d’un meeting, désespéré par l’échec des révoltes successives des Noirs américains, il appelle son peuple au suicide collectif (un appel suivi d’effets).
Ah ! On ne sait pas quoi en penser, mais en le feuilletant on tombe sur deux trois phrases qui vous accroche alors on se lance et là on se dit que j'aurais eu bien tort.
Cela faisait longtemps que je n'étais aussi motivé à poursuivre la lecture d'un roman, le style est excellent, la traduction au poil, un côté littérature de rue qui me plaît énormément, des idées à foison, de l'humour, un "Gunnar" captivant, haut en couleur, défenseur des droits civiques et un bel éventail de la culture street de l'ouest américain. En somme une sacrée claque et un plaisir immense ! Une excellente découverte et je remercie le représentant de m'avoir offert l'opportunité de lire en exclusivité. 
En plaisantant, j'ai dit à mon frère que c'est du Tarantino mais en bien, bon c'est une peu dur pour Quentin, j'adore son cinéma, mais je trouve cela assez juste (à la rigueur mettez "en mieux" au lieu de "en bien" et ça fait un excellent bandeau !)
American Prophet sort le 5 septembre et vous coûtera 21€

13 août 2013

"Littérature de rue" Japonaise : Ikebukuro West Gate Park d'Ishida Ira


Une série cool à lire pour les vacances : Ikebukuro West Gate Park. une série qui va vous transporter dans une banlieue de Tôkyô et en plus vous allez apprécier le voyage.
Ikebukuro est plus connu pour ses gangs, ses Yakuzas, ses filles perdues...
C'est le côté "perdant" de Tôkyô. Ishida Ira met en scène Makoto, un jeune gars, tenant la boutique de fruits et légumes de sa mère, pas vraiment un premier de la classe, juste un type plutôt malin, qui va se retrouver dans des embrouilles dont il va devoir trouver une solution. A travers plusieurs histoires, nous allons découvrir les travers de la société japonaise et tout ça avec une écriture simple et belle. Je me suis attaché au héros et fortement apprécier son côté humain. J'ai adhéré pleinement à cette série, j'aurai eu une once de talent pour l'écriture, j'aurai bien aimé écriture une série pareille.
Vous en avez marre des romans de serial killer, des polars Américano-Islando-Suédois, vous avez envie de voyager, lisez Ikebukuro West Gate Park !

Au cas où, la quatrième tirée du site Picquier :
Bienvenue à Ikebukuro Park. Dans ce square ouvert aux aventuriers urbains, à la sortie ouest de la gare d’Ikebukuro, se croisent les filles en minijupe et les musiciens en herbe jusque tard dans la nuit. C’est là que Makoto et sa bande d’amis ont établi leur QG. Makoto a dix-neuf ans, il habite seul avec sa mère. C’est un trouble shooter, un « solutionneur d’embrouilles ». Des embrouilles, il n’en manque pas dans ce quartier où se rencontrent gamins à la dérive, yakuzas, filles perdues et clandestins dans le Japon de l’envers. Sur un fond social plutôt noir, l’œuvre d’Ishida Ira se détache nettement de l’abondante littérature policière japonaise. Les aventures de Makoto ont inspiré une série télévisée qui est devenue célèbre au Japon. La première histoire de ce volume a également été publiée sous forme de manga dans le monde entier.

"Une écriture lumineuse, presque joyeuse au service d'un climat social des plus sombre: ce roman pique notre curiosité et la satisfait jusqu'au bout. Le jeune Makoto vit dans le Japon "de l'envers". Près de la gare où il a établi son QG, il démêle les embrouilles. En justicier attachant, il aide la fille d'un parrain local, traque l'étrangleur d'Ikebukuro, résout des énigmes...et fascine les lecteurs."© L'Amour des livres

"Un polar singulier et prenant qui distille une fascination secrète." Figaro Madame

"Autant le dire d'entrée de jeu, "Ikekukuro west gate park" est LE grand roman noir japonais de ces dernières années. Par l'épaisseur de ses personnages, la qualité de leurs interrogations, les préoccupations sociales dans le quartier, Ishida Ira a écrit un excellent livre. © Christophe Dupuis pour l'ours polar.

ISHIDA Ira (bio tiré du site de Picquier)
Ishida Ira est né en 1960. Après des études d’économie à l’université Seikei, il travaille dans la publicité, avant de se consacrer à l’écriture.
En 1997, le premier volume d’Ikebukuro West Gate Park se voit décerner le prix Orû Yomimono, grand prix de littérature policière.
Depuis, l’auteur a publié de nombreux romans dont les deux volumes suivants d’Ikebukuro West Gate Park, et obtenu de nombreux autres prix littéraires.